dimanche 12 décembre 2010

Intra-muros en atelier le carnet ouvrait déjà une page

Arriver à bord sans l'angoisse de la page blanche j'avais préparé  1 ou 2 pages du carnet pour planter le décor. Ici dans l'antichambre qu'est l'atelier la Mer est enfin et déjà là: triomphante, captivante, provocante, imprévisible et dangereuse. Je l'aime autant que je la redoute. La Mer, matrice de l'humanité mais lieu de perdition et d'errence, lieu de poésie totale et comme au désert l'endroit de la solidarité entre les hommes. C'est pour elle que mon coeur bat.

pigments et encres de chine