lundi 14 janvier 2013

ESCALE ROTTERDAM


Il est 9h10 sur Rotterdam et à bord du MP, nous sommes le lendemain d’hier, donc dimanche 16 décembre 2012. Le MP est accosté au Delta Terminal, tribord à quai par 51°57,576’ Nord et 4° 03,804’ Est. Petit déjeuner ce matin en présence de Kruno et son binôme Milos, tous deux adorables, à leur table et moi à la mienne. 



 MILOS VITROVIC Chief Officer




KRUNOSLAV VUKUSIC Chief Officer



Après le petit déjeuner je déménage un pont plus haut, coursive Tour du monde, coursive Etat Major sous la passerelle. C'est au pont G, plus prés de Dieu La cabine spare officer est plus petite et moins standing que la grande Passenger B qui devait être libérée pour les VIP qui vont embarquer....La spare officer est très bien équipée, banquette, table, bureau, elle est ouverte sur l'avant par 2 grands et magnifiques sabords, la literie est tout aussi confortable que la Passenger B, la salle d'eau identique, elle est  beaucoup plus "cargo" que la Passenger B, c'est un bonheur de m'y installer pour terminer cette tournée du Nord.




Aujourd’hui, cocktail à bord, comme à chaque escale de cette rotation inaugurale sur la FAL 1. Avant le coup de feu, shoot sur quelques coupes et flûtes vides, pas pour longtemps!



CHIEF ENGEENER  BOSKO MANDIC

C'est cocktail mais c'est aussi et surtout le jour où je rencontre la personne la plus importante avec le commandant à bord d'un navire: le chief engeener,  le chef mécanicien Bosko MANDIC dont la gentillesse spontanée n'a d'égal que son regard espiègle et rieur. Bosko m'explique que c’est son binôme, Ante PEZELJ, qui est le first chief engeener, et qui était à bord du  Marco Polo depuis la Corée avec le commandant KRPAN. Bosko a donc pris sa relève quand Igor Sikic a pris la relève de Captain Krpan.  Je lui explique que bosco en français, c’est bosun ! Le chef  m’accompagnera à la machine avant le dîner…


Les énormes 14 cylindres du Marco Polo parfaitement alignés, déroulent des tentacules de câbles qui forment une haie d’honneur, haie sous laquelle je peux évoluer debout, et il y a encore de la marge. Les pistons sont au repos mais il fait chaud à la machine, elle est immense, le vert amande réglementaire repose et apaise, le coeur du Marco Polo se situe sur plusieurs niveaux, une cathédrale de pièces, de locaux, de coursives, de portes, de voyants, de témoins, de clés aux proportions démesurées, de mécanique savante, de générateurs d'un bleu dur, le tout d'une propreté irréprochable.






UNDER DECK PASSAGE WAY: une coursive que l'on peut voir se tordre, et qui atteste de la souplesse de la coque, pour éviter qu'elle ne se brise!


 L'under deck passage way va de la proue à la poupe et mesure plus de 300 mètres de long sans obstacle. Cet interminable couloir de métal serait un parfait décor de science fiction, c'est un chemin que l’on peut voir se tordre dans le mauvais temps, et heureusement que les coques sont un peu « flexibles », sinon elles casseraient…J'ai demandé au chef de s'avancer devant moi, je finirai par ne voir qu'un petit point noir qui disparaîtra dans cette coursive sous la ligne de flottaison!

La passerelle est vide à présent, je monte. Les nombreux invités ont quitté le bord, le calme est revenu. Take a piece of cheese ! me dit captain Sikic. Trop aimable, quelle mouche l'a piqué? Remballée ce matin pour un simple tampon qu'il faut juste sortir du tiroir, il m'invite maintenant à déguster les restes du cocktail! J'accepte, les miettes sont bonnes, Kruno et moi nous délectons, papilles excitées par un verre d’un bon rouge que j’ai demandé, puisque personne ne m’avait rien proposé à boire. Kruno fait le plein de fromages, moi aussi ! 



 Les cavaliers du port de Rotterdam travaillent seuls. Le port le plus grand d'Europe est totalement automatisé!






Littéralement fascinée par la manutention des containers. Précision, concentration de tous les instants pour l'homme qui pilote le portique...Admirative. Appuyée au bastingage sur le pont, je filme des petits bouts avec des gestes calmes.  Le grutier travaille sur la première rangée de containers, à chacun de ses passages, un métro me traverse le crâne, pourtant le bruit n'est pas du tout assourdissant, c'est juste que le spreader est tout proche! Les cales du Marco Polo sont vertigineuses et profondes, tant mieux, au vu de la hauteur de la pontée, il vaut mieux que le navire soit correctement lesté!




Retour en cabine d'où j'admire les derniers mouvements par le sabord...


21h en mer du Nord avec à bord 6054 containers qui pèsent 118588 tonnes et des poussières, et 9320 TEU (Twenty Egal Units), ou EVP. Le Marco Polo aujourd'hui  s’est gavé de 3400 mètres tonnes de fuel!