vendredi 30 décembre 2016

BONNE ROUTE 2017




Comment avancer, comment tracer d’autres routes, aériennes, maritimes, terrestres, comment innover, comment faire évoluer la recherche, les arts, les mentalités,  le monde, si nous restons confinés dans nos habitudes gluantes et notre petit confort rassurant sans prendre le risque de dire, de faire, de montrer, d’hurler ou juste murmurer? Être curieux et audacieux, se lancer des défis pour échouer aujourd’hui et réussir demain, mais croire en ses rêves les plus fous avec courage et détermination.
 Sur le dessin : Mermoz, Maryse Bastié et Saint Exupèry. 



J’en crevais d’aller à Saint Louis du Sénégal sur les traces des héros de l’aéropostale. Mais au-delà Guet Ndar, le quartier des pêcheurs  sur la Langue de Barbarie, que reste-t-il de l’hydrobase ? Un mirage. En janvier, l’Harmattan y souffle à plus de 30 nœuds et colporte des rumeurs et secrets venus du désert, territoire sacré du Petit Prince, univers minéral gravé dans ma chair, car comme le cactus je n’aime écorcher que le vent sec.
Touchons l’invisible mes amis, ouvrons grands nos bras face au vent les yeux fermés, sentons la douceur de sa caresse ou le piquant de sa gifle sur le visage, une esquisse de sourire sur les commissures de notre bouche.


Je vous souhaite une route 2017 riche de rencontres, de conquêtes, de carrefours inattendus, de petits pas ou de grandes enjambées sur notre bonne terre et sur l’astéroïde B612.

 « Faites que le rêve dévore votre vie, afin la vie ne dévore pas votre rêve ». Saint Exupéry.